Vous êtes ici

Entretien du marais

Les marais littoraux de la Seudre, de Brouage et de l’île d’Oléron ont depuis des siècles été façonnés par la main de l’Homme. Leur entretien est l’affaire de tous les professionnels : ostréiculteurs, sauniers... Il permet une bonne exploitation du milieu et participe au maintien des fonctionnalités hydrauliques.

 
 
L’entretien des claires ostréicoles

 

Les marais sont asséchés essentiellement entre la fin du printemps et la fin de l’été, cette période estivale étant la moins favorable à la pratique de l’affinage en claire. Cet assèchement permet d’assurer une bonne minéralisation des claires et une élimination des parasites et des prédateurs.

 

Suivent  les étapes de réfection et de nettoyage des bordures. Les sarts (les plantes poussant sur les abotteaux) sont coupés. Les trous sont rebouchés. Longtemps pratiqués à l’aide d’outils manuels, ces travaux sont aujourd’hui essentiellement mécanisés.

 

Après l’assec, l’ostréiculteur remet son champ de claires en eau en le faisant boire. Cette remise en eau se fait généralement à la première grande marée de septembre. 

 

L’entretien des marais salants

 

Au printemps, avant la belle saison, il faut nettoyer et remettre en état les marais salants. Un travail fastidieux et très physique mais incontournable pour espérer une bonne récolte de sel.

 

Ainsi, chaque année, il faut refaire les levées de terre qui permettent la circulation, en y déposant de la vase afin de rehausser leur niveau et améliorer leur surface. Les vases et les plantes trop abondantes sont également éliminés.

 

Tous les quinze-vingt ans, la saline doit cependant être entièrement retravaillée.

L'usage de la pelle mécanique dans le marais

 

Guillaume a une petite société de terrassement à Saint Just Luzac et une grande partie de son activité consiste à entretenir les claires dans les marais. Sa pelleteuse orange se voit de loin en cette belle journée du mois d’août et c’est un excellent amer pour se guider dans les méandres des chemins du marais et le retrouver facilement sur son lieu d’intervention du jour.

 

La machine est juchée entre deux claires, sur une digue de terre à peine assez large pour la soutenir. Guillaume manie la pelle avec dextérité, pour remonter la vase du fonds de la claire qui a été asséchée le temps des travaux, et l’étaler sur le flanc de la digue afin de la consolider.

 

Pour se déplacer sans risques, il use d’une méthode surprenante mais efficace, à l’aide de trois grandes plaques d’acier posées les unes derrière les autres : la première en avant, la deuxième sous la machine et la troisième en arrière. Pour progresser, il prend avec le bras de la pelleteuse la tôle placée derrière l’engin et la pose devant, il avance sur la plaque suivante et ainsi de suite. Les plaques répartissent la charge de l’engin sur la digue évitant une rupture qui pourrait déstabiliser la machine.

En fin de matinée, le travail est terminé aussi bien sur les contours de la claire que sur les deux digues centrales. La remise en eau pourra se faire sans délai.

 

Guillaume part aussitôt pour une autre intervention : changer et remettre en état une vanne sur une autre claire du marais.

Découvrez les 4 espaces côtiers

Découvrez d'autres métiers de l'espace Marais

Saunier - Récolte du sel

Voir le métier

Producteur de salicorne

Voir le métier

Vénériculteur - Elevage de palourde

Voir le métier
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
Portage administratif du projet par l’Office de Tourisme de l’île d’Oléron et du bassin de Marennes. Projet financé par le programme Axe 4 du Fonds Européen pour la Pêche, le Pays Marennes Oléron, la Région Poitou-Charentes, le Port de la Cotinière et le Comité Régional de la Conchyliculture Poitou-Charentes. L’Europe s’Engage en France avec le Fonds Européen pour la Pêche.