Vous êtes ici

Pêche à la telline (Pêcheur à pied professionnel)

Christian est pêcheur à pied professionnel et de toutes les spécialités qu’il pratique, il a une nette préférence pour la telline : une pêche très particulière pour un petit coquillage peu connu mais très apprécié des connaisseurs.

Tôt le matin sur le parking derrière la dune, il débarque son quad de la camionnette et un drôle d’engin sur roues, une fabrication maison conçue spécifiquement pour la capture des tellines, des petits coquillages blanc-jaunes que l’on trouve dans les bancs de sable à la limite de l’eau montante.

Combinaison isothermique enfilée, quad chargé, un dernier café, une dernière cigarette et nous roulons rapidement vers l’estran. La marée est basse et la mer découvre loin, il ne faut pas perdre de temps malgré la fraîcheur et le vent assez fort.

Après avoir choisi son endroit, Christian débarque sa drague et l’amène au bord de l’eau, il se sangle dans le harnais, saisit le whisbone et commence à tracter en marche arrière à la limite de l’eau. L’effort est visiblement intense pour que les pics de la drague s’enfoncent bien et forcent le sable à entrer dans le panier en fil d’inox : il en ressort par l’arrière laissant les tellines prisonnières du panier.

Il y a quelques prises et le pêcheur est plutôt content, il continue son effort autour de petites baïnes :

 

« les coquillages suivent l’eau qui monte et se déplacent rapidement dans le sable, il faut essayer de les suivre ».

 

Lorsque le panier est bien rempli, il fait une pause et le vide. Les tellines en dessous de la taille réglementaire sont passées entre les fils d’inox et il faut juste trier celles qui sont mortes.

« En ce moment il y a de la perte et peu de juvéniles, c’est inquiétant ».

Pendant 3 ou 4 heures, Christian va continuer à tirer sa drague, un travail éreintant.

« C’est dur mais j’aime ça, c’est un boulot de solitaire, je suis seul sur la plage, parfois en hiver je me dis que si je tombe ou autre il n’y aura peut-être personne pour m’aider… Aujourd’hui ça donne bien, alors, je continue ».

Matériel

Pour pêcher la telline, Christian a une licence professionnelle qui l’autorise à exercer sur les plages du sud de l’île d’Oléron - Saint Trojan, Gatseau - et le long de la Côte Sauvage sur le continent entre la Pointe Espagnole et le phare de La Coubre. L’hiver il peut pêcher quand il veut, pendant les périodes estivales il n’a accès aux plages que tôt le matin ou tard la nuit.

En plus de sa camionnette et de son quad, il a 1 ou 2 dragues qu’il a conçues et fabriquées lui-même : un panier en fil d’inox réalisé par un copain artisan, deux roues de chariots de mise à l’eau de bateaux, un whisbone de planche à voile, un harnais et une combinaison isothermique pour résister au froid.

Au cours d'une bonne marée, il peut rapporter 30 à 40 kilos de tellines mais parfois il n’y a rien ou presque.

Découvrez les 4 espaces côtiers

Découvrez d'autres métiers de l'espace Estran

Pêcheur à pied professionnel - La palourde

Voir le métier

Mytiliculteur - Captage

Voir le métier

Pêcheur à pied de loisir - L'écluse à poisson

Voir le métier

Ostréiculteur - Elevage parc surélevé

Voir le métier
OSTREICULTEUR - Elevage parc surélevé
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
Portage administratif du projet par l’Office de Tourisme de l’île d’Oléron et du bassin de Marennes. Projet financé par le programme Axe 4 du Fonds Européen pour la Pêche, le Pays Marennes Oléron, la Région Poitou-Charentes, le Port de la Cotinière et le Comité Régional de la Conchyliculture Poitou-Charentes. L’Europe s’Engage en France avec le Fonds Européen pour la Pêche.